La qualité du bois de chauffage

Le bois de chauffage est une énergie renouvelable qui, si sa combustion est correcte, s’intègre au cycle naturel. Pendant leur croissance, les arbres absorbent de l’eau et du dioxyde de carbone grâce au processus de photosynthèse. Ils libèrent en même temps de l’oxygène nécessaire, comme on le sait, à notre vie. Lorsqu’il brûle ou se décompose, le bois restitue l’eau et le dioxyde de carbone dont il est chargé. Au cours de ce processus, la quantité d’oxygène stockée durant la croissance de l’arbre est également consommée. Ce processus s’inscrit dans un cycle naturel, autrement dit, la combustion du bois de coupe ne contribue pas à l’effet de serre.

Le bois de chauffage est stocké de manière idéale

sous un appentis ou un bûcher bien aéré. Il est important que le bois ne repose pas à même le sol et qu’il soit suffisamment ventilé sur les côtés et sous le toit. Le bois coupé tôt au printemps doit être utilisé dans le meilleur des cas l’hiver qui suit. Mais il vaut mieux lui laisser le temps de sécher encore deux printemps, étant donné que le meilleur temps de séchage pour le bois est au printemps avant l’apparition des bourgeons. N’oubliez pas qu’un bois humide brûle moins bien, dégage moins de chaleur et accentue les contraintes sur l’environnement. Le bois de chauffage ne doit pas contenir plus de 20 % d’eau.

 

Le bois de chauffage fendu

sèche plus vite qu’un bois entier. Le bois de bouleau doit être fendu le plus tôt possible, autrement il durcit et devient difficile à utiliser. Le bois de pin et de sapin est en revanche plus facile à fendre après un long temps de séchage. Le bois de chauffage doit être conservé à température ambiante 24 heures au moins avant d’être brûlé.

 

Couvrir le bois

avec, par exemple, une bâche n’est pas une bonne solution, étant donné que l’humidité du sol et du bois ne peuvent alors plus s’évaporer. Le bois humide est aussi plus facilement sujet au pourrissement, ce qui consomme alors la valeur énergétique du bois.

 

Certains bois peuvent endommager votre poêle à bois

du bois peint, du bois traité sous pression, de l’aggloméré ou autre bois similaire. Il risquerait d’endommager le foyer du poêle et nuire à l’environnement. Le chêne est un excellent combustible mais il est important de mélanger ce bois avec une autre essence lors de la combustion. Le bois de chêne offre un bon apport énergétique mais il contient aussi beaucoup de tanins, lesquels peuvent endommager le poêle et la maçonnerie.